Barbarie Française

Rédigé par LLM le 14 juillet 2016

Y a des types qui sont fiers d’être français. C’est pas moi, nom de Dieu ! Quand je vois les crimes que nous, le populo de France, nous laissons commettre par la sale bande de capitalistes et de gouvernants qui nous grugent — eh bien, là franchement, ça me coupe tout orgueil !

Au Tonkin par exemple, dans ce bondieu de pays qu’on fume avec les carcasses de nos pauvres troubades, il se passe des atrocités.

Chacun sait que les Français sont allés là-bas pour civiliser les Tonkinois : les pauvres types se seraient bougrement bien passés de notre visite ! En réalité, on y est allé histoire de permettre à quelques gros bandits de la finance de barboter des millions, et à Constans de chiper la ceinture du roi Norodom.

Ah nom de dieu, il est chouette le système qu’emploient les Français pour civiliser des peuples qui ne nous ont jamais cherché des poux dans la tête !

Primo, on pille et chaparde le plus possible ; deuxiémo, on fout le feu un peu partout ; troisiémo, on se paie de force, pas mal de gonzesses tonkinoises — toujours histoire de civiliser ce populo barbare, qui en bien des points pourrait nous en remontrer.

Ca c’était dans les premiers temps, quand on venait d’envahir le pays ; c’est changé maintenant, mille bombes, tout est pacifié et les Français se montrent doux comme des chiens enragés.

Pour preuve, que je vous raconte l’exécution du Doi Van, un chef de pirates, qui avait fait sa soumission à la France, puis avait repris les armes contre sa patrie, à la tête de troupes rebelles.

Pas besoin de vous expliquer ce baragouin, vous avez compris, pas les aminches ? Les pirates, les rebelles, c’est des bons bougres qui ne veulent pas que les Français viennent dans leur pays s’installer comme des crapules ; c’est pas eux qui ont commencé les méchancetés, ils ne font que rendre les coups qu’on leur a foutus.

Donc, Doi Van a été repincé et on a décidé illico de lui couper le cou. Seulement au lieu de faire ça d’un coup, les rosses de chefs ont fait traîner les choses en longueur. Nom de dieu, c’était horrible ! Ils ont joué avec Doi Van comme une chat avec une souris.

Une fois condamné à mort, on lui fout le carcan au cou, puis on l’enferme dans une grande cage en bois, où il ne pouvait se remuer. Sur la cage on colle comme inscription : Vuon-Vang-Yan, traître et parjure. Après quoi, huit soldats prennent la cage et la baladent dans les rues d’Hanoï. A l’endroit le plus en vue on avait construit une plate-forme ; c’est là qu’on a coupé le cou à Doi Van avec un sabre — après avoir fait toutes sortes de simagrées dégoûtantes.

L’aide du bourreau tire Doi Van par les cheveux, le sabre tombe comme un éclair, la tête lui reste entre les mains, il la montre à la foule et la fait rouler par terre. On la ramasse car elle doit être exposée au bout d’un piquet, afin de servir d’exemple aux rebelles.

Ah, nom de dieu, c’est du propre ! Sales républicains de pacotille, infâmes richards, journaleux putassiers, vous tous qui rongez le populo plus que la vermine et l’abrutissez avec vos mensonges, venez donc encore nous débiter vos ritournelles sur votre esprit d’humanité ?

Vous avez organisé bougrement de fêtes pour le centenaire de 89 — la plus chouette, celle qui caractérise le mieux votre crapulerie, c’est l’exécution du Doi Van. C’est pas sur un piquet, au fin fond de l’Asie, dans un village tonkinois, qu’elle aurait dû être plantée, cette tête.

Foutre non ! Mais c’est bien au bout de la tour Eiffel, afin que dominant vos crimes de 300 mètres, elle dise, cette caboche, au monde entier, que sous votre républicanisme, il n’y a que de la barbarie salement badigeonnée.

Qui êtes-vous, d’où venez-vous, sales bonhommes, vous n’êtes pas nés d’hier ? Je vous ai vus, il y a dix-huit ans, votre gueule n’a pas changé : vous êtes restés Versaillais ! La férocité de chats tigres que vous avez foutue à martyriser les Communeux, vous l’employez maintenant à faire des mistoufles aux Tonkinois.

Que venez-vous nous seriner sur les Prussiens, les pendules chapardées, les villages brûlés ? (...) Ils n’ont pas commis, nom de dieu, la centième partie de vos atrocités, Versaillais de malheur !

Ah, vous n’avez pas changé ? Nous non plus : Versaillais vous êtes, Communeux nous restons !

Émile Pouget

Le Père Peinard, n°45, 12 Janvier 1890

Source :

LDH de Toulon : http://ldh-toulon.net/barbarie-francaise-par-Emile.html

Classé dans : Divers, Militantisme - Mots clés : aucun - aucun commentaire

Back online ! (En vrac)

Rédigé par LLM le 20 octobre 2015

C'est bon, je suis de retour ! Après quelques jours d'absence, comme les choses se sont un peu apaisées, me revoilà.

Avant d'aller plus loin, j'aimerai remercier les nombreuses personnes qui m'ont soutenu et/ou se sont inquiétées de mon silence prolongé. Y compris de personnes qui n'ont pas l'habitude d'être d'accord avec ce que je défends. Merci beaucoup, ça me touche, vous êtes géniales et géniaux.

Le problème de ne pas publier pendant une période assez longue, c'est qu'on n'a pas moins de choses à dire. Plutôt que de balancer 130 liens dans shaarli et ainsi faire exploser les lecteurs RSS de tout le monde, je vais balancer un peu tout ça en vrac, ici. Petite rétrospective d'une vingtaine de jours...

  • Un dispositif de surveillance a été trouvé, pointé sur une bibliothèque anarchiste parisienne. Oros nous explique ça, et nous donne quelques conseils si vous en trouvez à l'avenir. Attention, évitez de lire l'article en diagonale, ça vous évitera de passer pour ce pour quoi vous ne voulez pas passer.
  • De Gaulle avait une fille trisomique. Riss (et avec lui Charlie Hebdo) n'a pas de race. Et là, il faut encore être Charlie ?
  • Tortues Ninjas sur NES peut se finir, aussi incroyable que cela puisse paraître. Si la musique peut vous paraître différente (plus rapide) que dans vos souvenirs, c'est normal : rares étaient les jeux qui changeaient le tempo entre NTSC et PAL.
  • Le savon d'Alep, c'est le bien on vous dit.
  • Je crois que je suis tombé sur le meilleur stage du monde.
  • Jeter un disque dur, c'est pas si simple.
  • La pensée de groupe, un phénomène pas simple à éviter, nocif, contre-productif, dangereux et presque automatique. Si ça vous rappelle quelque chose, c'est normal.
  • Qu'un Blanc soit un "oublié de l'Histoire", et tout le monde a les larmes aux yeux. Encore une fois, personne ne se penchera sur Camille Mortenol, guadeloupéen et défenseur de Paris lors de 14-18, commandeur de la Légion d'Honneur ; Battling Siki, sénégalais, champion du monde de boxe en 1922 d'une manière improbable en total outsider ; Louis Delgrès, guadeloupéen, qui tint tête aux armées de Bonaparte voulant rétablir l'esclavage et donnant tout son sens à la maxime "vivre libre ou mourir" ; tant et tant d'autres oubliés qui sont pourtant de grandes personnalités qui ont fait l'Histoire et se sont battues pour la liberté, l'égalité, ou simplement démontrent par leurs actes qu'ils sont tout aussi capables que n'importe qui d'exploits, aujourd'hui "oubliés de l'Histoire" au profit de figures blanches : Gaston Monnerville, Félix Éboué, Rose Dieng-Kuntz, Raphaël Elizé, François-Auguste Perrinon, etc.
  • Un petit rappel pendant que j'y pense, puisque je l'ai vu passé souvent. Pour parler de Richard Stallman, on écrit "rms", en minuscules. Pas "RMS". ""Richard Stallman" is just my mundane name; you can call me "rms"." (c'est un peu comme mon prénom : c'est Kevin, sans accent, ça fait partie des choses qu'on est censé respecter)
  • Pourquoi les voitures sont un fléau, et pourquoi les transports en commun c'est le bien.
  • Le 24 Octobre 1975, 90% des femmes islandaises se sont mises en grève pour réclamer l'égalité des droits. S'il y a eu des avancées (très importantes) par la suite, l'état actuel des choses n'est pas bien mieux que dans les autres pays : l'égalité (des droits) est une bataille permanente, sur tous les fronts (y compris ceux qui peuvent semble insignifiants aux yeux de certaines personnes pas franchement concernées), pour les personnes qui ne sont pas dominantes.
  • Le management "à la cool", une bonne nouvelle pour les salarié⋅e⋅s ? Non. Une analyse intéressante.
  • L'inspection du travail, cette institution qui empêche les gentils patrons de profiter pleinement de leurs salarié⋅e⋅s.
  • Et pour finir, une petite explication de texte par Klaire. Ça parle d'orgasmes. Environ.

 

Voilà donc les quelques points que je désirais aborder. Du moins une partie de ceux que j'avais noté. Mais ne vous inquiétez pas, j'ai plein d'autres trucs à dire. Et je vais pas me gêner pour le faire.

Oh, et oui, il y a des éléments cachés dans cet article, des indices de trucs, des sous-entendus vagues, une structure un peu particulière au texte… Il faut un retour avec un peu de classe, diantre !

Classé dans : Divers - Mots clés : aucun - 11 commentaires

Nouveau blog !

Rédigé par LLM le 15 septembre 2015

Lever de Soleil

Rentrée 2015, nouveau système de blog ! Je passe à PluXML !

Blogotext est très bien, mais je n'accroche pas à la nouvelle version, qui embarque beaucoup trop de choses de base. De plus, je commence par ailleurs à prendre l'habitude de travailler avec PluXML, et les interfaces et gestions sont totalement différentes.

Avec d'un côté Blogotext qui apporte des fonctionnalités dont je n'ai pas besoin et PluXML qui reste environ KISS, facilement éditable, avec juste les fonctionnalités dont j'ai besoin (et puis si je dois en rajouter, un petit plugin et voilà), j'ai tranché.

Ça ne veut pas dire que je ferai plus d'articles, mais j'essayerai :p

PluXML permet aussi de créer des comptes "auteurs", ce qui pourrait ouvrir des perspectives.

J'ai ajouté quelques fonctionnalités basiques et un thème particulier que je changerai certainement. J'ai aussi ajouté le plugin "quotes" de l'ami Bronco. J'ai dû le traffiquer un peu et faire un truc un peu dégueulasse mais qui marche :p (ça manque de documentation !)

Il ne me reste plus qu'à brancher tout ça un peu partout maintenant :D

L'ancien blog reste disponible à son adresse habituelle.

Sources

L'image d'entête provient de la NASA

Classé dans : Divers - Mots clés : aucun -

Fil Rss des articles de cette catégorie

Catégories

Archives

Mots clés

Derniers articles