Que faire de la colère ?

Rédigé par LLM le 10 décembre 2015

La colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance, la souffrance mène au côté obscur de la Force.

La colère est un sentiment qu'on peut légitimement éprouver au soir du 6 Décembre 2015, date à laquelle le FN arrrive en tête dans 6 régions françaises. Pourquoi ? Comment ? Malheureusement, on ne le sait que trop bien.

Déchéance de nationalité, police aux pleins pouvoirs, interdiction des manifestations, surveillance généralisée, assignation à résidence de tout ce qui ressemble de près ou de loin à un militant, état d'exception voulu permanent, voilà ce qu'est notre quotidien aujourd'hui. Et force est de constater que ça ne dérange pas grand monde. Après tout, ça ne les concerne pas directement, vu qu'on sait très bien vers quelles populations cette politique se tourne.

Or il s'agit là, exactement, de la volonté du FN.

Exacerbée par une crise dont le gouvernement ne veut surtout pas sortir, toute une partie de la population pointe du doigt les personnes qui ne leurs ressemblent pas. "Ensemble, unis, dans nos différences", un principe bien vite oublié lorsqu'on nous vend de la peur à longueur de journée dans tous les médias. Et puis, ces perquisitions, ces violences policières, ces restrictions de libertés, ces expulsions, ça ne nous concerne pas, pas vrai ?

Quand ils sont venus chercher les communistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas communiste.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.
Quand ils sont venus chercher les juifs,
Je n’ai pas protesté,
Je n’étais pas juif.
Quand ils sont venus chercher les catholiques,
Je n’ai pas protesté,
Je n’étais pas catholique.
Puis ils sont venus me chercher
Et il ne restait personne pour protester.

Puisque cette politique est aujourd'hui acceptable, puisqu'utilisée par des personnes qui se prétendent de gauche, alors il n'y a aucun problème à voter pour ces personnes qui promeuvent cette politique depuis des années. Prétendre qu'une politique est acceptable entre certaines mains mais pas dans d'autres est une fumisterie qui ne marche pas, même lorsque ça fait plus de 30 ans qu'on prend les électeurs pour des gamins.

Pour autant, le votant FN est-il un con ?

Si ça détend de le dire, rien n'est plus faux. Bien sûr, on pourrait le dire de la "base dure" qui a toujours voté FN et qui a tendance à lever le bras droit lorsque quelqu'un se cogne dans un coin de porte. Mais ces individus ne constituent plus aujourd'hui la majorité de l'électorat FN. Le vote FN est un vote à la con, certes, mais essentiellement un vote de protestation en l'absence de culture politique et/ou d'éducation populaire. L'adulte éduqué, avec une conscience historique et politique, connaît tout le danger et la voie sans issue que représente l'extrême-droite. Or ces consciences sont certainement les plus mal partagées, en raison tout particulièrement d'une politique d'éducation populaire totalement absente depuis plus de 30 ans.

À cette absence d'éducation populaire s'ajoute la fumisterie du système électoral. En effet, face à une élection, nous n'avons que 3 cas de figure pour un électeur donné :

  1. Il a donné sa voix au gagnant : il doit donc se taire car c'est ce pour quoi il a voté, quand bien même l'élu ne respecte pas son programme, l'électeur aurait dû le savoir et c'est donc de sa faute.
  2. Il a donné sa voix à un perdant : il doit donc se taire car c'est la "démocratie", la minorité se tait devant la majorité.
  3. Il n'a pas voté : il doit donc se taire car il n'avait qu'à voter.

 

Cette fumisterie qu'est la démocratie représentative est aujourd'hui obsolète, d'autant plus à l'heure où les communications facilitent les initiatives citoyennes de masse et que les outils de partage et collaboratifs sont devenus habituels et relativement maîtrisés par la population. C'est un des impacts directs de la révolution politique aujourd'hui à l'œuvre, et qu'il serait dommage de gâcher en se laissant aller à la facilité de l'extrême-droite, qui a, certes, une avance considérable dans le domaine de la maîtrise des outils numériques.

Il reste cependant beaucoup d'espoir. Commençons par constater que le FN n'est pas présent où la gauche applique un programme de gauche. Là où la justice sociale fonctionne à peu près, le FN n'arrive pas à prendre pied. L'extrême-droite s'étend avec la misère sociale et politique. Elle recule avec la justice sociale, elle disparaît avec une vie politique saine.

Alors que faire ?

Que faire face à la peste brune ?

La colère de doit pas nous mener à haïr l'Autre, mais à nous demander ce que nous pouvons changer, améliorer, autour de nous et dans la société.

Comme face à toute maladie (la montée de l'extrême-droite étant une maladie démocratique), il y a 2 moyens complémentaires et à mener de front : le traitement et la prévention.

Le traitement, c'est de mettre en place, enfin, une vraie politique de gauche, pour commencer. Soutenir les salariés, aider les personnes en difficulté, sanctuariser les services publics, développer la solidarité par des investissements publics, protéger les libertés fondamentales, etc. bref, tout ce qu'on est en droit d'attendre de la gauche. C'est de proposer un projet de société aux antipodes de la haine et des réductions des libertés.

La prévention, le vaccin, c'est d'éduquer les adultes et jeunes adultes pour qu'ils soient réellement des citoyens à part entière, avec une conscience historique, politique et scientifique. Arrêter de les prendre pour des enfants tout au long de leur vie, avec comme seul espoir d'éveil qu'ils rencontrent, à un moment donné, par hasard, une initiative d'éducation populaire.

Ça sera déjà le premier pas dans la bonne direction.

Enfin.

---

Crédit photo : anakinworld.com

N.B. : Cet article a été écrit au soir du 6 Décembre et a été très peu retouché depuis. Il constitue un axe de réflexion "sur le coup" mais en aucun cas une solution complète clé en main : tout reste à faire, mais on connaît déjà les premières briques et la direction à prendre.

Classé dans : Militantisme - Mots clés : aucun -

Back online ! (En vrac)

Rédigé par LLM le 20 octobre 2015

C'est bon, je suis de retour ! Après quelques jours d'absence, comme les choses se sont un peu apaisées, me revoilà.

Avant d'aller plus loin, j'aimerai remercier les nombreuses personnes qui m'ont soutenu et/ou se sont inquiétées de mon silence prolongé. Y compris de personnes qui n'ont pas l'habitude d'être d'accord avec ce que je défends. Merci beaucoup, ça me touche, vous êtes géniales et géniaux.

Le problème de ne pas publier pendant une période assez longue, c'est qu'on n'a pas moins de choses à dire. Plutôt que de balancer 130 liens dans shaarli et ainsi faire exploser les lecteurs RSS de tout le monde, je vais balancer un peu tout ça en vrac, ici. Petite rétrospective d'une vingtaine de jours...

  • Un dispositif de surveillance a été trouvé, pointé sur une bibliothèque anarchiste parisienne. Oros nous explique ça, et nous donne quelques conseils si vous en trouvez à l'avenir. Attention, évitez de lire l'article en diagonale, ça vous évitera de passer pour ce pour quoi vous ne voulez pas passer.
  • De Gaulle avait une fille trisomique. Riss (et avec lui Charlie Hebdo) n'a pas de race. Et là, il faut encore être Charlie ?
  • Tortues Ninjas sur NES peut se finir, aussi incroyable que cela puisse paraître. Si la musique peut vous paraître différente (plus rapide) que dans vos souvenirs, c'est normal : rares étaient les jeux qui changeaient le tempo entre NTSC et PAL.
  • Le savon d'Alep, c'est le bien on vous dit.
  • Je crois que je suis tombé sur le meilleur stage du monde.
  • Jeter un disque dur, c'est pas si simple.
  • La pensée de groupe, un phénomène pas simple à éviter, nocif, contre-productif, dangereux et presque automatique. Si ça vous rappelle quelque chose, c'est normal.
  • Qu'un Blanc soit un "oublié de l'Histoire", et tout le monde a les larmes aux yeux. Encore une fois, personne ne se penchera sur Camille Mortenol, guadeloupéen et défenseur de Paris lors de 14-18, commandeur de la Légion d'Honneur ; Battling Siki, sénégalais, champion du monde de boxe en 1922 d'une manière improbable en total outsider ; Louis Delgrès, guadeloupéen, qui tint tête aux armées de Bonaparte voulant rétablir l'esclavage et donnant tout son sens à la maxime "vivre libre ou mourir" ; tant et tant d'autres oubliés qui sont pourtant de grandes personnalités qui ont fait l'Histoire et se sont battues pour la liberté, l'égalité, ou simplement démontrent par leurs actes qu'ils sont tout aussi capables que n'importe qui d'exploits, aujourd'hui "oubliés de l'Histoire" au profit de figures blanches : Gaston Monnerville, Félix Éboué, Rose Dieng-Kuntz, Raphaël Elizé, François-Auguste Perrinon, etc.
  • Un petit rappel pendant que j'y pense, puisque je l'ai vu passé souvent. Pour parler de Richard Stallman, on écrit "rms", en minuscules. Pas "RMS". ""Richard Stallman" is just my mundane name; you can call me "rms"." (c'est un peu comme mon prénom : c'est Kevin, sans accent, ça fait partie des choses qu'on est censé respecter)
  • Pourquoi les voitures sont un fléau, et pourquoi les transports en commun c'est le bien.
  • Le 24 Octobre 1975, 90% des femmes islandaises se sont mises en grève pour réclamer l'égalité des droits. S'il y a eu des avancées (très importantes) par la suite, l'état actuel des choses n'est pas bien mieux que dans les autres pays : l'égalité (des droits) est une bataille permanente, sur tous les fronts (y compris ceux qui peuvent semble insignifiants aux yeux de certaines personnes pas franchement concernées), pour les personnes qui ne sont pas dominantes.
  • Le management "à la cool", une bonne nouvelle pour les salarié⋅e⋅s ? Non. Une analyse intéressante.
  • L'inspection du travail, cette institution qui empêche les gentils patrons de profiter pleinement de leurs salarié⋅e⋅s.
  • Et pour finir, une petite explication de texte par Klaire. Ça parle d'orgasmes. Environ.

 

Voilà donc les quelques points que je désirais aborder. Du moins une partie de ceux que j'avais noté. Mais ne vous inquiétez pas, j'ai plein d'autres trucs à dire. Et je vais pas me gêner pour le faire.

Oh, et oui, il y a des éléments cachés dans cet article, des indices de trucs, des sous-entendus vagues, une structure un peu particulière au texte… Il faut un retour avec un peu de classe, diantre !

Classé dans : Divers - Mots clés : aucun -

Je ne suis pas né anarchiste

Rédigé par LLM le 30 septembre 2015

On me reproche régulièrement de ne pas bouger de ma position, de voir le monde "tout noir ou tout blanc", d'être têtu et, au final, de rester bien campé sur mes positions avec la ferme intention de ne pas vouloir en bouger, par entêtement, par aveuglement, par dogme, ou par tout autre procédé plus ou moins fantasques.

J'ai une confession à vous faire.

Je ne suis pas né anarchiste. Je ne suis pas né communiste. Je ne suis pas né féministe. Je ne suis pas né antifasciste. Je ne suis pas né tel que je suis aujourd'hui. Je n'ai pas chanté l'Internationale avant de pousser mon premier cri. Surprise !

Il y a tout de même une constante : je n'ai jamais supporté l'injustice. Mais l'injustice est une notion mouvante, qu'on perçoit différemment selon le regard qu'on a sur la société.

J'ai été misogyne. En mode parfois bien énervé.

Puis j'ai été "égalitariste", parce qu'après tout, oui, bon, tu as raison copain, c'est vrai qu'il y a une domination, niveau salaire et tout, mais les femmes et les hommes sont quand même différents hein.

Aujourd'hui je suis féministe, merci copines, copains, camarades, et le retour en arrière n'est pas possible.

J'ai été homophobe. Oh, pas trop. Mais tout de même, ils peuvent se galocher autre part que dans la rue. Même si, secrètement, les hommes m'attirent. C'est dégueulasse.

Et puis cette gay pride là, ça rime à quoi, franchement ?

Puis j'ai été pour les droits des LGB. Parce que, les trans, c'est quand même particulier, non ?

Je suis aujourd'hui pour l'égalité de droits sans condition ni discrimination, merci copains, copines, camarades. Y compris pour la GPA légalement encadrée et contrôlée.

J'ai été patriote. Pas très longtemps. Ah, la France, ça c'est un beau pays, qui mérite qu'on le défende, qu'on fasse des sacrifices, avec une tradition à conserver !

Je suis aujourd'hui pour l'abolition des frontières et la libre circulation des personnes, merci camarades, copines, copains.

J'ai été raciste. Trop longtemps. Après tout, les étrangers, pourquoi ne restent-ils pas chez eux ?

Après, moi, de toute façon, je ne vois pas la couleur de peau.

Aujourd'hui, je suis antiraciste en comprenant très bien les mécaniques d'oppression liées, merci copines, camarades, copains.

Et j'ai encore du chemin à faire avant de ne plus être complice, involontaire mais conscient, de ces oppressions dans mes actions et mes propos. Beaucoup de chemin. Il est même probable que je ne vivrai pas assez vieux. Mais à mesure qu'on s'ouvre et comprend le monde, on constate les injustices multiples dont on est complice. C'est dur, très dur, de se dire qu'on s'est trompé, de l'accepter, de le dire, et de changer de position.

Mais c'est vital.

Je suis né oppresseur, raciste, homophobe, sexiste, misogyne, validiste, transphobe, et tant d'autres choses. Je ne veux plus l'être, et j'espère ne plus l'être un jour.

Je suis peut-être un bouffon, un imposteur, un moralisateur, un mauvais professeur, à côté de la plaque ou tout ce que vous voulez. Mais je ne suis pas resté campé sur mes positions.

Mes positions d'aujourd'hui ne sont pas définitives. Mais il faut des arguments recevables. Ça demande un peu de travail, mais d'autres personnes y sont arrivées.

Et vous, vous êtes né quoi ? Vous êtes quoi aujourd'hui ?

Classé dans : Militantisme - Mots clés : aucun -

Nouveau blog !

Rédigé par LLM le 15 septembre 2015

Lever de Soleil

Rentrée 2015, nouveau système de blog ! Je passe à PluXML !

Blogotext est très bien, mais je n'accroche pas à la nouvelle version, qui embarque beaucoup trop de choses de base. De plus, je commence par ailleurs à prendre l'habitude de travailler avec PluXML, et les interfaces et gestions sont totalement différentes.

Avec d'un côté Blogotext qui apporte des fonctionnalités dont je n'ai pas besoin et PluXML qui reste environ KISS, facilement éditable, avec juste les fonctionnalités dont j'ai besoin (et puis si je dois en rajouter, un petit plugin et voilà), j'ai tranché.

Ça ne veut pas dire que je ferai plus d'articles, mais j'essayerai :p

PluXML permet aussi de créer des comptes "auteurs", ce qui pourrait ouvrir des perspectives.

J'ai ajouté quelques fonctionnalités basiques et un thème particulier que je changerai certainement. J'ai aussi ajouté le plugin "quotes" de l'ami Bronco. J'ai dû le traffiquer un peu et faire un truc un peu dégueulasse mais qui marche :p (ça manque de documentation !)

Il ne me reste plus qu'à brancher tout ça un peu partout maintenant :D

L'ancien blog reste disponible à son adresse habituelle.

Sources

L'image d'entête provient de la NASA

Classé dans : Divers - Mots clés : aucun -

Fil Rss des articles

Catégories

Archives

Mots clés

Derniers articles